Detox: le temps du grand nettoyage



En naturopathie, nous axons nos conseils autour de trois « cures ». La première, que nous conseillons en premier lieu à la majorité des personnes qui viennent nous voir, est la cure de Revitalisation. A une période où la tendance est plutôt à la surabondance, il peut paraître paradoxal de conseiller une cure de revitalisation. Et pourtant le constat est bien là : bien que les rayons des supermarchés regorgent de denrées en tous genres, nous sommes, pour la grande majorité, carencés. En cause, notre alimentation raffinée, riche en calories, en graisses saturées et en glucides, mais pauvres en vitamines et en minéraux. Le premier travail du naturopathe est de redresser le terrain en proposant une alimentation brute et non dénaturée, riche en fruits, légumes, céréales complètes et huiles première pression à froid, complétée par des « super aliments », comme les graines germées ou la spiruline, riche en protéines et micro-nutriments.

La seconde cure est la cure de désintoxication. Cette cure appelée aussi « detox » fera sans doute dans quelques semaines l’objet de bon nombre d’articles dans la presse féminine. En effet, le printemps, saison du foie en médecine chinoise, est propice à cette cure. Mais de quoi s’agit-il exactement ???

Une affaire d’équilibre

La santé est une affaire d’équilibre entre ce qui entre dans notre corps – sous forme d’aliments, d’eau, d’air, mais aussi de molécules chimiques tels les médicaments – et ce qui sort sous forme de déchets divers. Entre ces deux étapes, ces éléments subissent différents processus de transformation, d’assimilation et de digestion. Selon notre hygiène de vie, notre environnement extérieur, notre âge, et notre niveau de stress, ces déchets vont s’accumuler plus ou moins dans notre organisme. Peu à peu, notre corps s’encrasse, et une detox peut s’avérer nécessaire. A deux conditions : d’abord, il faut que l’organisme ait suffisamment de « force vitale » pour éliminer les toxines stockées depuis de nombreuses années dans notre organisme. En effet, si vous êtes très faible ou malade, vous n’allez pas demander à votre corps un travail supplémentaire. C’est pour cela d’ailleurs qu’on évite les cures de detox en hiver, période où le système immunitaire a déjà fort à faire. Ensuite, il faut que les émonctoires, c’est-à-dire les portes de sortie utilisées par l’organisme pour éliminer les toxines, soient suffisamment fortes pour éliminer un surplus de déchets générés par la detox. Ainsi, on évitera de pratiquer une detox si le foie est très engorgé et si en plus vous êtes très constipé. Dans ce cas précis, on commencera par chercher la cause de cet engorgement et de cette constipation, et on essaiera de corriger ces problèmes par une alimentation adaptée, et pourquoi pas par quelques plantes ciblées.

Le printemps, saison propice à la detox

Une cure de detox se pratique donc naturellement au printemps. Durant cette période, vous aiderez votre organisme à éliminer les déchets, en stimulant les « émonctoires », que sont le couple foie/intestin, les reins, les poumons et la peau. Avant d’opérer une detox, il est aussi essentiel de travailler sur l’alimentation, en limitant tous les aliments encrassants, comme les sucres, les graisses saturées ou les plats transformés bourrés d’additifs et trop riches en sel. En effet, on ne peut pas d’un côté travailler sur l’élimination des déchets et de l’autre continuer à encrasser notre organisme par une alimentation inadaptée.

Il existe plusieurs façons de detoxifier l’organisme. Les plantes drainantes ou detoxifiantes vendues dans différents complexes que l’on trouve en boutique bio font partie des méthodes les plus couramment utilisées. Vous connaissez sans doute les ampoules de radis noir, d’artichaut, de chardon marie, de romarin ou de curcuma qui participent tous à la detox hépatique. L’objectif est de stimuler le foie, le drainer, pour augmenter son travail d’élimination. Un foie surchargé peut en effet donner lieu à de la fatigue, une mauvaise haleine, des troubles digestifs, des nausées ou des migraines. Sachez aussi que si vous ne souhaitez pas prendre de compléments alimentaires, il est tout à fait possible de stimuler votre foie en consommant régulièrement du radis noir et du curcuma, ou même des légumes soufrés comme le poireau, l’oignon ou le pissenlit, si vous les digérez bien.

Concernant l’intestin, organe d’élimination par excellence, il faut évidemment éviter d’être constipé pendant une detox. Une cure d’aloe vera, plante drainante et reminéralisante peut être la bienvenue en parallèle d’une cure de chardon marie par exemple. Sinon, vous pouvez utiliser aussi le psyllium blond. Appelé aussi plantain des Indes, le psyllium se présente sous forme de poudre. Il doit être mélangé à un verre d’eau, avant d’être bu le soir, pour des effets le lendemain matin. Ce psyllium blond peut être pris par tous, c’est un régulateur de transit et il ne présente pas de contre-indication particulière.

Le second levier d’une bonne detox est de stimuler l’élimination rénale. Sur ce sujet très porteur, vous trouverez un grand nombre de tisanes intitulées « élimination » ou detox » dans tous les rayons des supermarchés. Sachez juste que pour que l’élimination soit efficace, il faut boire au mois trois tisanes durant la journée, si possible à distance des repas. Si vous souhaitez vous concocter vos propres mélanges, vous pourrez privilégier la prêle ou l’ortie, qui aident à l’élimination et qui en plus sont reminéralisantes, le boldo, ou la reine des prés.

En parallèle, n’oubliez pas de boire régulièrement de l’eau de qualité, non gazeuse, et surtout peu minéralisée afin de favoriser le travail des reins.

Libérons-nous des pensées noires

La detox ne se pratique pas seulement avec des plantes ou des aliments. C’est une hygiène de vie globale qui permettra au corps de retrouver un peu de légèreté. La pratique d’une activité physique, en accélérant la circulation de tous les fluides, participera à ce grand travail de nettoyage.

Une fois par semaine, la mise en place d’une monodiète, c’est-à-dire la prise d’un seul aliment au cours d’un repas ou de plusieurs repas, permettra d’alléger le travail de notre organisme sans cesse occupé à digérer. Evidemment, on ne pratique pas une monodiète avec n’importe quoi. On privilégiera des aliments d’origine végétale facile à digérer, comme la pomme, crue ou sous forme de compote, le riz (semi-complet), la soupe de légumes verts, ou la pomme de terre, sans beurre évidemment.

Dernier conseil, mais non des moindres : la detox ne se fait pas seulement dans notre corps. Elle passe aussi par la tête ! Exit les pensées parasites, noires, les ruminations. Exit les écrans à longueur de journée, d’ordinateur, de téléphone… Il fait beau, prenons l’air, respirons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *