L’hiver, ou le temps de la pause



La luminosité a diminué. Les températures ont commencé à chuter. Dehors, la terre s’est recroquevillée, la sève est descendue, les arbres ont perdu leurs feuilles. La nature s’est endormie. Elle fait une pause de plusieurs mois, pour se régénérer, prendre des forces, avant le grand éveil du printemps. Les animaux, eux, ont ralenti aussi le rythme, même si la saison de la chasse les oblige à rester vigilants. Certains se sont construit un cocon douillet, ne sortant de leur hibernation que pour grignoter ou boire… Comme la nature, ils se réveilleront au printemps, peut-être un peu affaiblis physiquement. Mais plein d’une énergie nouvelle, comme nous le sommes après une bonne nuit de sommeil.

Si nous avions la possibilité de nous écouter, nous ferions nous aussi comme les animaux. Nous dormirions davantage, nous lèverions plus tard, et nous travaillerions moins… Nous resterions au chaud, dans notre foyer, et en ce tout début d’hiver nous aurions sans doute pris 2 ou 3 kilos, histoire d’avoir quelques réserves pour traverser la saison froide.

Mais notre société ne nous permet pas de vivre à notre rythme. Pour beaucoup d’entre nous, l’expression « prendre du temps pour soi » ne fait tout simplement pas partie de notre vocabulaire. Quant à l’expression « s’écouter »… elle rime avec oisiveté, inutilité…

Se retrouver

Oui, nous culpabilisons dès que nous nous arrêtons. Comme si notre valeur n’était associée qu’à notre capacité à faire… Cette agitation, certes « productive » – et encore pas toujours – nous coupe pourtant de notre Etre essentiel… En remplissant notre existence de choses à faire, nous oublions le principal. Nous-mêmes.

Alors, comment concilier ce temps Essentiel, avec ce temps existentiel ? Comment prendre du temps pour soi, dans un monde qui nous impose une vitesse peu conciliable avec notre envie profonde de ralentir ??

D’abord, respectons ce temps de latence en augmentant notre temps de sommeil. Plutôt que de bailler devant la télé, couchons nous plutôt. Evitons la lumière de l’écran, et troquons la télé contre un livre. Faisons de notre chambre un petit havre de paix, en privilégiant une décoration minimaliste et rassurante, éclairée à la nuit tombée par une lumière tamisée. Deux ou trois heures avant l’endormissement, n’hésitez pas à diffuser durant quelques minutes une huile essentielle d’orange douce, de marjolaine à coquille, ou de camomille romaine, aux vertus apaisantes.

Le matin, si vous le pouvez le week-end, réveillez-vous un peu plus tard. Le reste de la semaine, accordez vous le temps de vous étirer, de respirer par le ventre, de faire quelques mouvements de yoga… Sur Internet, vous trouverez de nombreuses vidéos de salutation au soleil, pour faire monter l’énergie en vous.

Le petit-déjeuner est un moment primordial. Si vous êtes d’humeur salé, privilégiez plutôt le pain complet, bio, au levain, plus riches en nutriments et tout aussi caloriques que le pain blanc. Accompagnez-le d’une protéine animale, un œuf à la coque, un fromage frais de chèvre, ou un peu de truite fumée… Si vous préférez le sucré, misez sur les fruits et les oléagineux. Essayez les smoothies verts, constitués de fruits doux, de mangue, de poire, ou de pomme, mélangées avec du « vert », c’est-à-dire des légumes riches en chlorophylle : de la mâche, des jeunes pousses d’épinard, de l’avocat, quelques feuilles de choux kale… Reminéralisants et drainants, ces smoothies verts peuvent être allongés avec de l’eau ou du lait végétal et agrémentés de gingembre ou de quelques gouttes de citron.

Et si vous n’avez pas faim le matin, ne vous forcez pas. Prévoyez une collation, des amandes et des fruits, que vous emporterez avec vous pour manger dans la matinée.

Le reste de la journée, vous aurez sans doute envie de chaud, d’onctueux, d’aliments longuement mijotés. Ne vous en privez pas, essayez toutefois de privilégier des cuissons douces pour préserver les vitamines et les minéraux, et gardez une petite part de crus, qui vous apportera des vitamines et des minéraux, ainsi que des enzymes pour digérer le reste du repas. Misez aussi sur les tisanes, de thym et de romarin, qui ont une action sur le système immunitaire.

C’est aussi le moment de profiter des produits de la ruche pour augmenter votre vitalité. En prévention, vous pouvez opter pour une cure de gelée royale, pour stimuler vos défenses immunitaires. En prévention toujours, le pollen, à consommer frais, de préférence, est un super aliment boosteur de vitalité. Si vous sentez que vous commencez à tousser, misez sur la propolis, aux vertus antiseptiques, anti-infectieuses et anti-fongiques.

En médecine chinoise, l’hiver commence en novembre. C’est le moment de stimuler votre yin, en consommant des légumineuses ou certaines céréales réchauffantes, comme le sarrasin, le millet, le quinoa… Le soja, les châtaignes, les noix, les algues et les fruits de mer vous aideront également à traverser cette saison de pause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *