Pour vieillir « jeune »



La jeunesse éternelle a de tous temps été une quête. Pourtant, malgré les avancées de la science, malgré les quelques années d’espérance de vie que nous grapillons régulièrement, le vieillissement est un phénomène inéluctable.

Oh, bien-sûr, nous ne vieillissons pas tous de la même façon. Certains paraissent déjà âgés à 40 ans quand quelques rares et chanceux octogénaires courent encore le marathon. Mais si les facteurs génétiques y sont bien pour quelque chose, ils ne sont qu’une composante, parmi d’autres, de ces inégalités. Certes, nous ne sommes certainement pas tous programmés pour être de jeunes et fringants centenaires, mais nous avons les moyens d’optimiser ou d’éroder ce capital transmis par mère nature. Ou plutôt par nos parents.

Notre corps rouille!

Pour comprendre ce phénomène de vieillissement, je dois vous expliquer deux notions fondamentales. La première, c’est le concept d’oxydation. Et pour comprendre ce phénomène, il vous faut vous figurer une voiture. La voiture qui est mal entretenue, qui passe tous les hivers humides dehors finit par s’abimer.  La faute à quoi ?? A l’oxygène, qui, comme son nom l’indique, finit par oxyder la carrosserie et donc à la faire rouiller. Et bien dans notre corps c’est pareil. L’oxygène parfaitement indispensable à notre vie peut accélérer ce processus de vieillissement. Comme la voiture qui vit dehors, si nous ne faisons pas attention à notre mode de vie, notre corps peut être dépassé par ce processus oxydatif. Et c’est là que je dois vous parler d’une seconde notion : les radicaux libres.

Tout processus mettant en présence de l’oxygène produit donc des radicaux libres. Les radicaux libres sont des électrons solitaires qui ne vont avoir de cesse de s’apparier avec d’autres électrons, et pour se faire, ils vont causer des dégâts parmi  les atomes ou les molécules voisines. Ce phénomène est, à terme, à l’origine de certaines maladies, comme les maladies cardio-vasculaires, neuro-dégénératives comme Parkinson ou Alzheimer, ou tout simplement à l’origine du vieillissement de notre peau, des tâches brunes ou des rides. La bonne nouvelle c’est que le corps dans sa formidable intelligence et dans sa volonté de survie possède des mécanismes de réparation. Sauf que, en présence de certains facteurs, le corps peut être dépassé.

Le secret des centenaires

On parle de stress oxydatif lorsque le corps a du mal à réparer les dommages effectués par ces radicaux libres. Or ce stress oxydatif est la plupart du temps généré par notre mode de vie. Ainsi, le tabac, l’alcool, les carences, le soleil – ou plutôt le trop plein de soleil – l’inflammation, le stress en général, le manque de sommeil ou le sport pratiqué de manière intensive sont autant de facteurs pro-oxydants, qui vont accélérer ce vieillissement. Ce qui veut dire que si le vieillissement est bien un phénomène inéluctable, nous sommes acteurs de notre santé, puisque nous avons la possibilité de ne pas l’accélérer, et même de le freiner.

L’île d’Okinawa, au Japon, comptent le plus de centenaires, et qui plus est en bonne santé. Le patrimoine génétique de ses habitants serait-il exceptionnel ? Certes, tous en commun une solide constitution. Mais les chercheurs ont aussi noté un mode de vie particulier, commun à d’autres centenaires vivant dans d’autres zones du monde entier. Ces zones, rebaptisées zones bleues et répertoriées par des chercheurs américains, sont au nombre de cinq. Elles sont très localisées, et se situent en Sardaigne, en Californie à Loma Linda, dans les montagnes du Costa Rica et sur l’Ile d’Ikaria en Grèce.

Si le mode de vie de ces populations est assez différent, des points communs subsistent. Ils concernent notamment l’alimentation, et le mode de vie de ces populations, souvent occupés à travailler de leurs mains. Le profil psychologique aussi, la vie sociale, ainsi qu’une spiritualité ou tout du moins des principes éthiques constituent les autres points communs de ces super centenaires.

Notre responsabilité

Tout comme nous sommes des acteurs de notre santé, nous sommes aussi des acteurs de notre vieillissement. En France, il y a quelques années, une étude avait révélé que notre espérance de vie sans incapacité était de 66 ans. Certes, il ne s’agit pas de nous culpabiliser, et comme toutes ces populations des zones bleues, le plaisir et la joie de vivre simplement doivent être le moteur qui nous pousse à avancer, mais nous avons une responsabilité. Celle d’aider notre corps à traverser les années.

Pour en savoir un peu plus sur ces centenaires et sur ces zones bleues, je vous conseille d’aller faire un tour sur le blog d’Armelle

Cette amie de promo a fait son mémoire sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *