Des jus pour booster votre immunité cet hiver



L’hiver, le corps a besoin de chaleur, de douceur, de plats longuement mijotés, de soupe Miso… De tisanes prises au coin du feu, sous un plaid…

Même si l’alimentation crue n’est pas celle que l’on va spontanément adopter en période de froid, il est tout à fait possible de faire des cures de jus, en supplément d’une alimentation chaude et réconfortante.

Jus frais réalisé à l’extracteur, smoothie, jus en bouteille… Petit tour d’horizon de quelques cocktails qui vous aideront à traverser l’hiver…

 

Les jus réalisés à l’extracteur :

Si vous avez la chance d’avoir un extracteur, ne vous privez surtout pas de réaliser des jus, si possible à distance des repas, au réveil, dans la matinée ou un quart d’heure avant le déjeuner, pour bénéficier au mieux de leurs bienfaits.

A condition que sa vitesse de rotation soit lente (entre 40 et 60 tours par minute), l’extracteur a la faculté de prélever le jus des fruits et des légumes, en mettant les fibres de côté. Si ces dernières sont nécessaires – surtout pour le transit – elles peuvent s’avérer irritantes chez les personnes ayant un intestin sensible. Autre intérêt: ces jus extraits à froid et bus aussitôt vous apportent un condensé de vitamines, d’anti-oxydants et d’enzymes, directement disponibles, sans que le corps n’ait d’effort à faire pour les digérer. Pour que leur assimilation se fasse de manière optimale, n’hésitez pas à les garder quelques secondes en bouche pour les ensaliver, surtout si vos légumes et vos fruits sortent du réfrigérateur.

Côté légumes, l’hiver étant une saison durant laquelle l’énergie de la terre s’est rétractée (saison yin de yin en énergétique chinoise), on privilégiera les légumes racines : carotte, navet, betterave rouge, céleri rave, radis noir (en petites quantités), et en épices le curcuma ou le gingembre, associés à la pomme qui apportera à votre jus une note de douceur

Quelques idées de jus :

Le detoxifiant : pomme, céleri rave, radis noir (attention le radis noir est déconseillé en cas de calculs biliaires), curcuma, gingembre + citron (un tout petit peu)

Le reminéralisant : pomme, carotte, betterave rouge, navet, concombre (si vous en trouvez encore en local en cette saison), persil

L’énergisant (très apprécié des enfants) : orange, pomme, carotte, fenouil (un petit peu)

L’anti-oxydant : pomme, carotte, betterave rouge, poivron rouge (s’il en reste)

 

Les smoothies :

Plus nourrissants, plus accessibles que les jus (vous n’avez pas besoin d’avoir d’extracteur, un blender suffit, à condition qu’il soit suffisamment puissant), les smoothies sont aussi plus rassasiants, et peuvent ainsi servir de « plats uniques » pour le petit-déjeuner. Dans la catégorie des avantages encore, comme vous n’avez pas de déperdition, vous pouvez vous permettre de mixer des légumes pauvres en jus. Parce que, je ne sais pas si vous avez déjà passé à l’extracteur des jeunes pousses d’épinard, mais le rapport quantité-jus est assez décevant. Ici, pas de soucis, tout est mixé.

Dans la catégorie des « moins », citons le temps de digestion et d’assimilation. Après un smoothie un peu riche, on évitera donc de se précipiter sur ses baskets pour courir 10 kilomètres. Enfin, les personnes aux intestins sensibles qui évitent le cru éviteront également les smoothies qui contiennent les fibres des légumes et des fruits.

Quelques idées de smoothie :

Les smoothie enfants : tous les smoothies à base de fruits, rallongés avec des laits végétaux, passeront très bien auprès de vos enfants. Vous pouvez même y glisser ni vu ni connu quelques feuilles vertes, le goût ne changera pas, et les enfants bénéficieront des bienfaits de la chlorophylle.

–      ½ mangue, 1 pomme, 1 banane, lait d’amande. Eventuellement quelques feuilles de mâches

–      1 pomme, 1 poire, 1 orange, jus de citron, eau…

Les smoothies verts : popularisés par Victoria Boutenko, aux Etats-Unis, qui a réglé ainsi les problèmes de santé (diabète, surpoids) de toute sa famille, les jus verts font la part belle aux légumes riches en chlorophylle, en excluant les légumes racines, comme les carottes, qui ne se digèrent pas avec les mêmes enzymes que les fruits.

Selon Victoria Boutenko, l’idéal serait d’associer 60 % de fruits à 40% de feuilles vertes. En feuilles vertes, on pense bien entendu aux jeunes pousses d’épinard, à la mâche, mais aussi aux fanes (de betteraves rouges, radis,) aux choux (notamment aux choux Kale), ainsi qu’aux plantes sauvages (pissenlit, pourpier, ortie, plantain…) aux aromates en tous genre (persil, menthe, coriandre, etc..), et même aux fleurs (pissenlit, bourrache, pensée sauvage… en saison)

Côté fruit, en apportant de l’onctuosité, la banane ou la mangue sont des grands classiques.

L’ensemble est à rallonger avec de l’eau ou du lait végétal (c’est même indispensable pour votre blender !!!) . Quelques exemples :

–      Banane, avocat, fanes de betterave rouge, gingembre

–      Mangue, orange, 4 feuilles de choux kale

–      Pomme, poire, feuille de salade romaine

–      Banane, pomme, ortie

Si vous en avez au congélateur, vous pouvez aussi ajouter des fruits rouges.

Les smoothies gourmands :

Ce sont les mêmes que ceux cités précédemment, mais avec des ajouts. Des petits plus. Des graines de Chia, riches en protéines et en omega 3, 1 cuillère à café de graines de lin moulues, ou une poignée de noix de cajoux que vous aurez fait préalablement tremper pour les mixer plus facilement.

Même si je préfère privilégier le local, il est aussi possible de privilégier des supers fruits, aux multiples vertues : des baies d’Acaï, des baies de Goji, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *