Idées de desserts à tester pendant le confinement… Sans pression



Dans cet article, vous ne trouverez ni remèdes pour combattre le Covid-19, ni protocole  à appliquer en cas de symptômes évocateurs. Cette précision peut vous paraître logique vue que la recherche n’en est encore qu’à ses débuts, pourtant j’ai lu ça et là sur Internet des conseils d’huiles essentielles ou de plantes censées soigner une fois que vous avez été infecté. Que les choses soient claires : la naturopathie n’a de toute façon pas vocation à guérir ou à soigner. Cela peut vous étonner, parce que des guérisons il y en a pourtant et il y en a même souvent. Mais ce que je veux dire c’est que ce n’est pas le but final de la naturopathie. La naturopathie est une médecine traditionnelle, au même titre que l’ayurveda ou la médecine chinoise, et elle s’intéresse avant tout au terrain et non au symptôme – le symptôme étant vu comme la conséquence d’un déséquilibre en amont – à la cause plutôt qu’à la conséquence, à la santé qu’elle essaie, par des moyens naturels, de renforcer, plutôt qu’à la maladie. Bien que l’approche soit tentante, on ne saurait donc résumer l’approche naturopathique à une liste de remèdes, ou à une série de protocoles.

Ceci étant dit, aujourd’hui plus que jamais, il est évidemment indispensable de prendre soin de notre santé. Je dirai même que c’est un devoir, une responsabilité qui nous incombe, sans évidemment tomber dans l’extrême, ce qui au bout du compte finirait par être néfaste, pour nous tout d’abord, et pour notre entourage ensuite. C’est une attention portée à tous nos corps, dans la bienveillance pour soi-même et pour ceux qui nous entourent, impliquant des compromis. Tous ceux qui sont en famille recomposée ou qui ont des ados me comprendront naturellement, mais, ceci dit, même pour les autres, n’oublions pas que les grands principes d’une bonne alimentation sont: le plaisir avant tout, la frugalité ensuite, et j’ajouterai la qualité des aliments consommés le plus possible en pleine conscience. En respectant ces trois critères, on ne fera pas de grosses erreurs.

Renforcer le terrain

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Qu’elle soit de Pasteur ou de Béchamp, peu importe. Cette phrase résume parfaitement la responsabilité que nous avons à maintenir cette vie qui coule en nous.

Alimentation : première chose à savoir : dans ce domaine, comme dans les autres, il n’y a pas de Vérité. Sinon ça se saurait 😉 Donc les adeptes du cru à tous prix, du jus de citron tous les matins,  de la poudre de perlimpinpin prise à jeûne… Peut-être que ce type d’alimentation ou de pratiques convient à certains d’entre vous, mais sans doute aussi qu’elle ne convient pas à d’autres. Nous avons tous une constitution différente à la naissance, donc un patrimoine génétique singulier, nous exerçons des métiers différents, avons une pratique sportive différente, etc… Nous n’avons donc pas les mêmes besoins en termes quantitatifs et qualitatifs.

Pendant le confinement, je vous suggère de profiter de ce temps qui nous est imposé pour lâcher prise. Notamment (mais pas seulement) au niveau de l’alimentation et des dogmes que nous nous imposons. Que la cuisine soit une fête et non une contrainte, un moment d’échanges, et pourquoi pas une occasion d’expérimenter. C’est peut-être en effet le moment de vous lancer dans des recettes que vous n’auriez peut-être jamais osées.

Je vous en propose deux ici, que j’ai essayées et qui ont été validées par mes enfants. La première devrait combler tout les fous de chocolat. Pour réaliser ce fondant au chocolat, j’ai tout simplement remplacé la farine par des haricots mungos. J’ai aussi ajouté des noix. Effet brownie garantie, avec un index glycémique plutôt bas. La seconde est une tarte crue.  J’avais un peu peur que les enfants n’adhèrent pas au goût particulier du cru, et en fait ils en ont repris une part chacun J

Prenez soin de vous. Prenez du temps pour vous. Simplement pour vous.

Fondant au chocolat et au haricot mungo

  • 120 g de haricots mungo
  • 4 œufs
  • 120 g de chocolat
  • 60 g d’huile de coco
  • 60 g de sirop d’agave
  • 1 poignée de noix
  • 1 cuil à café de bicarbonate de soude

Faire tremper les haricots mungo toute une nuit. Les cuire doucement et longuement dans une casserole (on peut aussi les faire germer avant dans un germoir ou une passoire en plastique durant 24 h. La germination augmente leur teneur en vitamines et en enzymes, les rendant de ce fait plus digestes).

Faire fondre doucement le chocolat avec l’huile de coco.

Dans un saladier, mélanger les œufs entiers, le sirop d’agave, le chocolat, l’huile de coco et le bicarbonate de soude. Mixer avec les haricots. Ajouter une poignée de cerneaux de noix.

Faire cuire 20 à 25 min, à 160 °. Le gâteau doit rester fondant.

Tarte crue à la mangue et au citron

  • Pour la pâte :
  • 150 g d’amandes activées (préalablement trempées pendant 2 heures)
  • 100 g de dattes
  • 2 cuil à soupe d’huile de coco
  • 1 pincée de sel
  • Pour le crémeux mangue et citron
  • 200 g de noix de cajoux activés (trempés pendant 2 heures)
  • ½ citron
  • 4 cuil à soupe d’eau
  • 1 petite mangue très mûre
  • 70 g d’huile de coco
  • 80 g de dattes dénoyautées

Préparation :

Moudre les amandes, les mélanger avec les dattes, l’huile de coco et la pincée de sel. Etaler cette pâte sur une assiette plate. Réserver 1 heure au frigidaire.

Dans un blender, mixer les noix de cajoux, l’eau et le citron. Ajouter les dates, l’huile de coco, et la mangue. Mixer jusqu’à obtention d’une pâte lisse. Vous pouvez ajouter de l’eau si vous avez du mal à mixer.

Etaler la crème sur la pâte à tarte. Réserver 4 heures au réfrigérateur. Décorer de morceaux de mangue, de fleurs comestibles…

2 commentaires

  • Bonjour.
    Merci pour vos articles, vos conseils, vos recettes. J’ai testé le gâteau au chocolat. J’ai remplacé les Mungo par des Azukis (parce que je n’avais que ça sous la main) et le sirop d’agave par du miel (idem !). J’aime beaucoup. Mon fils est un peu moins fan : pas assez gouteux en chocolat pour lui.
    Je voulais tester la tarte crue mais j’ai oublié de racheter de l’huile de coco en faisant mes courses hier … condamnée à patienter à moins de pouvoir remplacer l’huile de coco par autre chose. Que me conseilleriez-vous ? Je me demandais aussi si je pouvais remplacer la mangue par de l’ananas au sirop pour une prochaine fois (plus facile à trouver que la mangue fraîche mais évidemment moins intéressant j’imagine sur le plan nutritif en raison du sirop notamment et parce que le fruit n’est pas frais). Pour la recette, le poids des dattes est indiqué une fois dénoyautées pour les 2 préparations ?
    De tout cœur avec vous dans ce moment plein d’incertitudes et que j’imagine bien difficile à traverser.

  • Bonjour Isabelle
    Pour le gâteau au chocolat vous pouvez ajouter 50g de chocolat, ça changera un peu la texture mais au niveau du goût peut-être que ça plaira davantage à votre fils 🙂
    Concernant le gâteau cru, vous pouvez essayer avec de l’huile de noisettes mais dans ce cas diminuez un peu la quantité d’eau. Je n’ai toutefois jamais testé… Pour les dattes, oui, le poids est indiqué pour des dattes dénoyautées. Evidemment les fruits au sirop sont moins nutritifs, mais ça dépanne et je ne pense pas que ça change grand chose au niveau du goût.
    Prenez soin de vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *